dimanche 14 juillet 2013

Faut-il dénoncer le non respect des droits d'auteur de Nabilla par une banque tunisienne ?


Le copyright, c'est plus sérieux que le fil d'un string: Thèse

 Oui dénonçons. Comme à peu près 50% de la population du pays (mais en vrai c'est plus) faisons nos sabeb. Oui Nabilla, cette éminente représentante de la philosophie du néant (appelée également le nihilisme siliconé) s'est faite spoliée par une banque tunisienne qui dans ses publicités ramadanesques utilise sans vergogne son célèbre :" Non mais....quoi".
Phrase culte déposée chez un notaire, un huissier ou un avocat, on en a rien à foutre mais déposée et que nous-mêmes ne pouvons vous restituer ici dans son intégralité sous peine de nous exposer nous aussi aux foudres de la loi sur le copyright qui quand même n'est pas faite pour les chiens et qui est plus sérieuse que le tissu du fil du string de ladite représentante de la pensée transcendantale pré-citée.

Oui mais alors faisons-le pour tout le monde

Antithèse. Et y a pas que la banque en question qui a utilisé et profité de la phrase à succès de celle qui pourrait un jour devenir l'égérie d'une marque de shampooing. Utilisations mot pour mot, parodies... Beaucoup de monde a plagié l'authentique génitrice d'un aphorisme cinglant qui restera dans nos mémoires comme aussi important que le célèbre "toute conscience est conscience de quelque chose" de Husserl ou le très amusant "L'enfer c'est les autres" de J.P Sartre et sans doute que le savoureux "L'homme est le berger de l'être" lancé un soir de double ration de bsissa par Heidegger.
Enfin ce que je veux dire, c'est que si on devait dénoncer toutes les marques tunisiennes qui plagient dans leurs pubs eh ben on serait pas sorti du tribunal avant longtemps même si il y  avait 8 femen recrutées chez Playboy à l'entrée.

Beurette sexy, on préfère notre margarine

Synthèse : Même en y mettant beaucoup de bonne volonté et par égard à sa très profonde contribution au fantasme de la beurette sexy qui existe dans l'esprit de beaucoup de français, on n'écrira pas de lettre anonyme à son représentant légal.
C'est sûr qu'elle incarne à sa façon la réussite même quand on pas été longtemps à l'école ou qu'on a pas crée un truc super pratique pour l'humanité. La beurette n' a pas inventé le fil à couper le beurre et entre les intérêts de la finance et les intérêts de la téléréalité, notre cœur n'aura pas longtemps balancé.



Aucun commentaire :