jeudi 3 septembre 2009

Une dernière cigarette et puis j'arrête

.....Au moins jusqu'à demain. Il faut fumer ou avoir fumer pour comprendre la dimension gratifiante de la première cigarette qui suit la rupture du jeûne.

Les meilleures cigarettes sont celles qui font suite à une période d'abstinence. C'est celle qu'on dévore au sortir d'un lieu où pour une raison ou une autre fumer nous était interdit. C'est celle qu'on savoure après s'être promis de finir un travail.

Il est vraisemblable que la cigarette appartient au registre de la satisfaction narcissique qu'on s'offre en récompense d'avoir accompli quelque chose. Comme le bon point ou l'image donnés par la maîtresse.

Objet transitionnel, substitut du sein maternel, il y aurait une infinité d'analyses psychologiques associées au geste de fumer.

Et comme une dialectique un peu louche entre la privation qui fait mal et le plaisir qui comble.



2 commentaires :

BuGs a dit…

tiens tiens, ça me fait penser à "encore 5 min puis je me lèverai"

Wled Banlieu a dit…

Taffih 3bal ma ytaffik... ;)